Comment agit la réflexologie globale?

  • Douleur et système nerveux

Pour bien expliquer et comprendre la réflexologie, il faut d'abord saisir la notion de douleur. La peau et les vaisseaux sanguins renferment des milliers de terminaisons nerveuses spécialisées dans la réaction à différents types de stimuli, tels que coupure, piqûre, chaleur, brûlure, étirement ou pression. Les récepteurs de la douleur dispersés dans le corps avertissent d'une possible blessure ou mettent en garde contre la répétition d'une maladresse, comme lorsqu'on se brûle un doigt. En cas de traumatisme, les voies neurologiques transmettent des signaux au système nerveux central, qui les traite.

Seuils douloureux et perception de la douleur

Peur et anxiété sont des états émotionnels couramment associés à la douleur, et les seuils douloureux, extrêmement variables d'un sujet à l'autre, sont en rapport étroit avec elle. Par exemple, celle accompagnant le cancer peut paraître plus forte en raison de son lien avec la crainte de la mort, contrairement à celle provoquée par une indigestion. Par ailleurs, elle semble toujours plus vive avant que sa cause ne soit connue, fait qui est du domaine de la perception. Dans certains cas, on se prépare psychologiquement à son apparition; ainsi en est-il du sportif luttant contre une crampe ou de la femme en train d'accoucher. De même, l'expérience modifie la manière dont on la ressent, car les mécanismes d'adaptation interviennent pour en diminuer l'intensité lorsqu'elle survient à nouveau. Beaucoup de personnes apprennent à la surmonter, mais cela au prix de trouble affectant une autre partie du corps, qui présente alors un déséquilibre fonctionnel. Certaines, estimant que la médecine classique est inefficace, ont recours aux thérapies alternatives, telle la réflexologie globale.

Irradiation douloureuse

C'est le nom donné à la douleur projetée plus loin que le site lésionnel initial ou la zone pathologique. Cela se produit parce que les nerfs sensitifs convergent avant de pénétrer dans le cerveau, entraînant la confusion quant à la source exacte de la douleur. Exemples: la douleur dentaire perçue dans l'oreille parce que leur innervation est commune, et la douleur vésiculaire ressentie, pour la même raison, dans la région de l'omoplate.

  • Sécrétion d'endorphine

Le mot "endorphine" est l'abrégé de l'expression "morphine d'endogène". Au début des années 70, on découvrit que la morphine (médicament antalgique) agissait sur des sites récepteurs spécifiques (dits récepteurs opiacés) présents dans certaines terminaisons nerveuses du cerveau et de la moelle épinière, ce qui conduisit à l'identification de substances semblables aux protéines, les endorphines, dont l'effet analgésique serait en rapport avec l'humeur et le stress. Leur efficacité serait au moins cinq fois supérieure à celle de la morphine. la réflexologie globale en stimule la sécrétion par la désobstruction des voies neurologiques sursaturées d'informations sensorielles.​

  • L'énergie

La notion de circuit électromagnétique et celle, orientale, de Qi sont les fondements de l'hypothèse énergétique énonçant l'existence d'un câblage invisible constitué de voies (méridiens) destinées à faciliter la circulation de cette énergie. Or, stress et maladie s'y opposent, parasitant ainsi la transmission des influx nerveux. La réflexologie globale déparasite les circuits énergétiques pour rendre son harmonie fonctionnelle à l'organisme.

  • Circulation sanguine

Le cœur pompe en permanence le sang par le biais des artères et des veines, apportant aux cellules de l'organisme oxygène et nutriments tout en recueillant les déchets métaboliques qui s'y accumulent, provoquant mal-être et déséquilibre. A ce propos, La Médecine Traditionnelle Chinoise dit "le mouvement est la Vie, la stagnation est la Mort".

En effet, le stress entraîne la tension de l'appareil cardiovasculaire, ce qui réduit le flux sanguin et ralentit la circulation. En conséquence, les déchets s'accumulent, gênant l'écoulement du sang, ce qui aboutit à une stase.

Au toucher, cette accumulation est perçue en tant qu'adhérences constituées du tissu fibreux s'agglomérant comme le tissu cicatriciel. Les praticiens lorsqu'ils en parlent, les assimilent à des cristaux obstruant partiellement les vaisseaux. La réflexologie globale permet de désagréger ces dépôts parasites, améliorant ainsi la circulation pour que le sang en épure l'organisme, les déchets métaboliques étant éliminés aux niveaux pulmonaire, intestinal ou cutané.

Il existe une autre explication: ces adhérences seraient en fait des calcifications sous-cutanées qui, localisées aux terminaisons nerveuses, perturberaient la conduction synaptique.

  • Toucher thérapeutique

L' "imposition des mains" est une pratique remontant à la nuit des temps, puisque l'art préhistorique (âge paléolithique) la représente et que le Nouveau Testament fait fréquemment référence à la main comme vecteur de l'énergie et de la guérison divines. Au Moyen Âge, on était convaincu qu'être touché par la main d'un roi guérissait de la maladie.

Cette théorie repose sur le fait que stimulation et toucher induisent un échange énergétique déclenchant le processus de guérison. En Grande-Bretagne, cette pratique thérapeutique est très répandue dans les hôpitaux et les établissements de soins palliatifs.​

  • Effet placebo

L'effet placebo est la capacité que possède une substance neutre de guérir un trouble. Il peut se manifester immédiatement ou au bout d'un certain temps. A titre d'exemple, certains médecins prescrivent des comprimés de lactose à leurs patients, dont l'état s'améliore ensuite de manière spectaculaire simplement parce qu'ils sont convaincus de leur guérison. Il faut toutefois reconnaître que cela est dû en grande partie à la qualité de la relation entre thérapeute et patient, ainsi qu'au pouvoir de suggestion

© 2018 Laurent Clère

  • b-facebook
  • LinkedIn - Black Circle